Forum Y***~ Y***~H*****
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Contemplation nocturne (Len kurusu)

Aller en bas 
AuteurMessage
Helena

avatar

Messages : 543
Date d'inscription : 22/10/2011
Localisation : Dans tes rêves.

It's a secret!
Âge: 17
Pouvoir: Lévitation d'objets

MessageSujet: Contemplation nocturne (Len kurusu)   Mar 25 Oct - 13:05

* Que la lune est belle ce soir *
pensait-elle.

Helena venais tout juste d'arriver dans le pensionnat, et ne connaissait encore personne. En arrivant un peu plus tôt dans la soirée, elle avait remarqué un coin un peu en retrait dans le jardin, et c'était dit qu'une fois ses affaires déposées dans la chambre, elle viendrai y passer un moment.

La nuit était belle et calme. Elle contemplait le batiment dans lequel elle allait vivre dorénavant. Elle pensait aux récents évènements, à la mort de sa soeur, à sa fuite. Elle se laissa tomber par terre, puis s'allongea sur l'herbe froide et humide. Le ciel étoilé lui offrait un spectacle divin. Comme un repos éternel.

Et c'est là, allongée dans l'herbe humide, sous la coupe d'un ciel parsemé d'étoiles, qu'elle se mit à penser.

Comment elle pourrait encore accorder sa confiance après avoir été trahi de la sorte? Trahi par des gens qu'elle pensait être ses alliés, ses amis. Comment vivre sans une soeur qui était tout pour elle ? Une soeur qui l'aidait dans les difficultés, une soeur avec qui elle a tout vécu. Les meilleurs moments comme les pires. C'était Sa soeur.

Mais aujourd'hui elle est seule. Seule face aux autres, seules face au monde. Soudain, ce ciel tantôt si majestueux, lui parût vide et immense. Elle était petite et seule face a une immensité qu'elle ne maitrisait pas.

* Au moins je ne risque pas d'être dérangée ici. Qui pourrait être debout à cette heure-ci ? *
Pensait-elle.

Elle ferma les yeux pour se laisser bercer par le son de la nuit, lorsque qu'elle entendit des bruits de pas troubler cette tranquilité ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Len Kurusu

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 23
Localisation : T'es flic ou quoi ?!?

It's a secret!
Âge: 16 ans
Pouvoir: //

MessageSujet: Re: Contemplation nocturne (Len kurusu)   Mar 25 Oct - 13:20

Quel manteau plus glacial et hostile que celui terne et sombre de la nuit ? Ne cherchez pas , vous ne trouverez rien. Les ténèbres en cette soirée fraîche de jeudi soir englobait tout, ne laissant aucune place, même infime, à la douce lumière blanche qui éclaire le monde. Les ombres se mouvaient avec élégance dans ce décor digne des plus grands films d’horreur. Bizarrement, si un monstre surgissait de nulle part, cela en serait presque normal tant l’atmosphère de cet endroit est lugubre. Un lampadaire éclairait cette scène d’épouvante, renforçant l’image macabre omniprésente.
Une silhouette se dessinait au loin. Garçon ? Fille ? Un simple mirage peut-être. Une douce brume recouvrait la terre encore humide. Les pas de ce profil sont droits et d’une cadence presque craintive. Tout dans son allure transpire la peine et le désespoir. Certaines mauvaises langues pourraient le traiter de spectre tant son teint est pâle, d’autres pourraient le voire davantage comme un fantôme tant il est invisible à leurs yeux. Mais la vérité était toute autre. Ce jeune homme était bien un fantôme, mais pas un de ces esprits errant des jours et des nuits entières à la recherche d’une quelconque vengeance. Non, ce gamin n’était rien de plus qu’un fantôme de la civilisation.

Il était un de ces êtres différents que l’on méprise. La raison ? Cela est bien trop puéril pour être divulguée ici. Laissons donc ces choses horribles de côté, voulez-vous ? En parler ne changera rien. Le mal est fait.
L’ombre s’approchait davantage, seul un rai de lumière laissait entrevoir sa morphologie, tout en laissant place à l’imagination ou même mieux, au rêve. La réalité est bien souvent trop fade à notre goût. La lune servait d’éclairage naturelle, son halo embrasait bien plus que cette maudite lumière artificielle. Le ciel était splendide ce soir-là. Les astres étaient sublimes, mettant un peu de joie et de couleur dans cet univers si morne.

Le garçon était là, un bâton de combat accroché dans son dos. Il ne tuait pas. Blesser seulement. Le meurtre était interdit. Jamais ses mains ne se souilleraient de sang versé. Jamais il ne commettrait l’irréparable. Il était bien trop croyant pour cela. Son regard était des plus sombres, sans doute était-ce là la seule chose qui rappelait son passé des plus ténébreux. Sa peau, blanche comme neige, donnait l’impression de briller sous cette douce lueur. Pourtant il n’en était rien. Une chair juste translucide, rien d’autre.
Il fallait être stupide pour penser que la bibliothèque pouvait être ouverte en pleine nuit. Il s’était trompé, une fois de plus. Il avait donc dû changer ses plans. Rentrer à la chambre ? Pour quoi faire ? Tout cela était hors de question. Il n’avait plus la tête à se balader en ville, sa visite au temple l’avait quelque peu choqué. À chaque fois qu’il fermait les paupières, les deux yeux rouges sang du renard venaient se poser sur lui. Bientôt, ses cauchemars habituels seraient transformés par d’autres, plus terribles peut-être. Au moins la monotonie cesserait-elle.
Il n’était pas seul. Une forme était allongée dans l’herbe. Impossible de deviner son sexe tant il était loin et la visibilité réduite. Il s’approcha un peu plus de la silhouette et demanda :

- Excusez-moi, cela vous dérange si je m’assoie à côté de vous ?

Il remarqua alors que la personne à qui il parlait était une femme. Super. Il n’avait pas adressé la parole à une fille depuis… depuis trop longtemps à son goût. Il avait préféré éviter la gente féminine, de peur de regretter la présence de Nana. Finalement, cette privation n’avait aucun sens. Cette demoiselle n’allait pas le manger. De toute façon, il avait très mauvais goût. Il en était sûr. Il était toujours debout, sa main passa dans ses cheveux bruns, frôlant ses oreilles pointues. Inutile de nier qu’il était quelque peu mal à l’aise. Pourtant il n’avait aucune raison d’être dans cet état.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena

avatar

Messages : 543
Date d'inscription : 22/10/2011
Localisation : Dans tes rêves.

It's a secret!
Âge: 17
Pouvoir: Lévitation d'objets

MessageSujet: Re: Contemplation nocturne (Len kurusu)   Mar 25 Oct - 14:13

Les bruits de pas résonnaient dans la nuit sombre et trompeuse. Helena inclina légèrement sa tête afin d'entrevoir ce qui, à l'évidence, se rapprochait dangereusement d'elle.
Au loin, elle réussit à discerner une silhouette, mais quelque chose d'étrange dépassait de cette ombre. Mais quel était cette chose étrange ? Le prolongement d'un membre ? Non impossible.

Le vent venait de se lever, elle sentait l'agitation de ses longs cheveux blancs, qui se mirent à virvoleter devant elle. Allongée sur l'herbe humide, elle contemplait cette " chose " s'approcher d'elle. Elle réussit à discerner l'esquisse d'un bâton, qui dépassait probablement de cette personne. C'était déja plus plausible que l'hypothèse du prolongement d'un membre. Mais bon, après tout cela ne l'interressait pas plus qu'autre chose. Elle tourna son visage vers le ciel, et replongea un instant dans ces rêveries. Le vent frais lui était extrèmement agréable. Sentir cette douce caresse sur sa peau froide et pâle l'apaisait énormement.

A ce moment précis, et pour la première fois depuis longtemps, elle était seraine. En communion parfaite avec la nature. Tout son corps ressentait cette complicité : ses long cheveux blancs virvoletant au gré du vent, ses yeux fermés pouvaient entrevoir l'immensité d'un ciel parsemé d'étoiles. Chaque parcelle de sa peau pâle au contact de l'herbe humide, lui procurait repos et apaisement. Rien n'aurait pu la troubler dans cet état second.

" Excusez-moi, cela vous dérange si je m’assois à côté de vous ? "

Soudain elle ouvrit brusquement les yeux, comme si on venait de l'extirpé d'un sommeil qui aurait duré une éternité.

* Mais, quesque ... Qu'est-ce donc ? * Alors elle se rappella de l'ombre qu'elle avait entrevu, et des bruits qui s'étaient fait entendre quelques secondes auparavant.

* Pourquoi ? * pensa-t-elle.

Mais après tout, elle le savait, les meilleurs moments nous échappent, nous glissent entre les doigts. Nous courrons après ses instants précieux que nous ne savourons jamais assez à leurs justes valeurs.

Elle inclina sa tête en direction de la cause de son reveil, aussi court et intense a-t-il été.

Elle vit ce jeune garçon, avec son bâton dans le dos, posté devant elle. Elle se redressa pour mieux le regarder sans détacher ses yeux de lui. Elle l'observa de haut en bas, il était assez maigre, avec un visage fin. Quel malchance, elle aurait bien mordu dans son coup si celui-ci n'était pas aussi fin. Puis elle regarda ses yeux, il n'y avait pas, à première vue, de lueur de méchanceté ou de haine dans ses yeux. Elle y voyait un peu de trouble tout de même.

" Eh bien puisque tu es là, installe-toi "

* Depuis combien de temps, n'ai-je pas parlé a quelqu'un ?* s'interrogea-t-elle. Il est vrai que depuis sa fuite, il y a environ trois mois, elle n'avait parlé à personne. Et puisqu'elle ne pouvait plus retourner en communion avec mère nature, autant voir si ce perturbateur avait quelque chose d'interessant à raconter.

" Tu ne devrais pas être couché à cette heure-ci ? " Lui lança-t-elle d'un ton moqueur, histoire de le taquiner un peu. Après tout pourquoi ne pas rigoler un peu. Cela fesait tellement longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Len Kurusu

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 23
Localisation : T'es flic ou quoi ?!?

It's a secret!
Âge: 16 ans
Pouvoir: //

MessageSujet: Re: Contemplation nocturne (Len kurusu)   Mar 25 Oct - 14:44

La lumière de la lune éclairait avec intensité le visage de la demoiselle allongée contre le sol. Dormait-elle ? Ses yeux mi-clos la faisaient ressembler à un ange. L’illusion était renforcée par sa crinière blanche, lui tombant jusque sur les reins. Il aurait sans doute dû s’asseoir autre part. Là, il était en train de la déranger. La jeune femme ouvrit les yeux qu’elle posa sur Len. Il fit un bond en arrière. Des iris rouges. Voilà quelque chose de pas banal. L’image du renard s’imposa aussitôt à lui. Ce renard au pelage sombre et aux yeux de braise. Exactement la même chose. Il venait de la réveiller, c’était sûr et certain. Mais n’y avait-il pas d’endroit plus confortable pour dormir qu’un jardin où les fourmis grouillaient et où les oiseaux piaillaient à lon,gueur de journée ? Il n’allait pas se mettre à la juger mais si lui avait eu envie de dormir, sûr qu’il serait aller se reposer dans sa chambre.
L’image de la bête au pelage de nuit ne cessait de le hanter. Quand diable penserait-il à autre chose ? Enfin, si c’était pour se rappeler encore et toujours son enfance et la mort tragique de sa sœur : non merci. Et Nana dans tout cela ? Faisait-elle les mêmes cauchemars que lui ? Il faudrait qu’il lui en touche deux mots un de ces jours. Il l’avait tant évité que sa compagnie ne lui ferait pas de mal. En parlant de compagnie féminine, il sursauta à nouveau lorsque la fille à la chevelure blanche ouvrit la bouche pour lui accorder son accord. Il l’avait presque oubliée, celle-là. Perdu dans ses pensées comme il l’était, il ne faisait plus attention à rien !

Il ne se fit pas prier et s’installa à côté d’elle. Grave erreur. Il aurait mieux fait de rester debout ou de chercher un banc au calme – ce qui n’aurait pas été difficile à trouver en pleine nuit – plutôt que de poser ses fesses dans l’herbe humide. Sa main se déplaça dans l’herbe grasse. Il la ressortit, maculée de quelques gouttes d’eau. L’eau n’avait jamais tué personne. Ce n’est pas quelques gouttes qui allaient lui faire peur. Il en avait vu d’autre dans sa jeunesse. El Ogro par exemple. Non, ce n’était pas le moment de penser à cela ! Il se mordit la langue par réflexe. Un léger goût métallique vint se déverser dans sa bouche. Il avait horreur de cela. Il avait horreur du goût si particulier du sang. Même l’odeur, il ne supportait pas.

- Tu ne devrais pas être couché à cette heure-ci ?

Voilà quelque chose de délicat à expliquer. Par où commencer ? Autant aller à l’essentiel. L’elfe n’était pas du genre à apprécier les boutades. Du moins cela dépendait lesquelles. Sans oublier qu’il avait la verve hâbleuse, la répartie serait donc de mise dans cette discussion. Il se gratta derrière la nuque. Une mauvaise habitude. Il n’était pas stressé ni quoi que ce soit pourtant ce geste lui était devenu machinal. Il ne s’en rendait presque plus compte quand il l’effectuait. Il leva la tête, observant les étoiles. Il n’avait jamais vu de pluie de météorites. Il rêvait de pouvoir en voir un jour rien qu’une seule. Pendant le mois d’août, la pluie d’étoiles devait être spectaculaire. Pourtant, il n’avait jamais assisté à un tel spectacle. Il n’avait jamais trouvé le temps, il faut croire.

- Je pourrais vous poser la même question, lui dit-il en souriant.

Hors de question d’agresser cette demoiselle qui ne lui avait rien fait. Lorsque je parle d’agression, je parle d’agression verbale et non physique. Le jeune Kurusu serait incapable de faire du mal à une mouche. Bon, ce n’était pas totalement vrai. Si le gamin possédait une arme – car oui, le bâton qu’il trimbalait dans son dos en était bien une – ce n’était pas par hasard. Il maîtrisait ce long bâton effilé comme personne. Et croyez-moi, lorsque l’on sait où frapper et comment, certains coups peuvent faire aussi mal qu’une arme blanche. Bien sûr, il n’a jamais tué. Il ne se le pardonnerait pas. Si jamais il commettait un tel crime, il en serait malade à crever. Hors de question de ressembler aux bourreaux qui s’étaient joués de tous ces gosses, dont sa sœur.

- Pour être honnête, en ce moment je dors le jour. Etrange, n’est-ce pas ?

En ce moment, seulement. Lorsque les beaux jours reviendront, son rythme du sommeil reprendra son cours normal, lui aussi. Il n’en sera que plus heureux. Il ne savait pas comment faire pour occuper ses journées – ou plutôt ses nuits – la plupart des lycéens dormaient à ces heures-là. Lui restait seul, à étudier dans sa chambre ses cours ou bien des bouquins. Il n’avait qu’une hâte : que l’automne se termine vite. Il n’avait plus qu’à attendre, désormais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena

avatar

Messages : 543
Date d'inscription : 22/10/2011
Localisation : Dans tes rêves.

It's a secret!
Âge: 17
Pouvoir: Lévitation d'objets

MessageSujet: Re: Contemplation nocturne (Len kurusu)   Mar 25 Oct - 15:32

" Je pourrais vous poser la même question "
" Pour être honnête, en ce moment je dors le jour. Etrange, n’est-ce pas ?"


Les paroles du garçon lui paraissaient lointaines, comme un échos au loin. Elle ne l'écoutait plus.

Cette odeur. Délicieuse, pure et fraiche. Elle aurait pu la sentir à des kilomètres. L'odeur du sang. Ses yeux rouges luisaient sous la lune blanche. Elle pouvait entrevoir ce liquide si précieux se répendre dans la bouche du jeune garçon, elle s'imaginait savourant ce nectare divin. Un frisson la parcourût, légé et intense.

* Et si je le mordais. Une petite morsure rien qu'une, il ne dirait rien, c'est bénin *
* Mais non, non, Helena quesque tu raconte arrête *


Ses pensées devenaient confuses, elle en avait tellement envie ...
Elle en salivait déja, c'est comme si elle ne pouvait plus se contrôler, elle s'approcha un peu plus du jeune garçon, puis encore un peu plus près, juste un peu plus, fixant sa bouche et le sang qu'elle contenait.

A ce moment là, elle était si proche de lui qu'elle pouvait l'entendre respirer. Ses dents pointus se dévoilaient enfin. De son regard, elle dénigra la bouche du jeune homme, pour se concentrer sur son coup. Le reflet de la lune sur celui-ci, lui donna un aspect clair et enviable, qu'elle n'avait pas perçu avant.

D'un geste très lent elle se rapprocha encore un peu plus du jeune homme, de son coup, l'éffleura un instant puis recula légèrement, en étant toujours aussi proche de lui. Son regard se posait maintenant sur la bouche du jeune homme, puis sur ces yeux.

Et là, brusquement elle s'immobilisa. Ce regard, elle le connaissait. Elle pouvait entrevoir la peur dans ses yeux. Cette peur, ce regard, parfois les yeux de sa soeur exprimaient la même émotion, elle pouvait le sentir.

Soudain elle fut envahi par l'angoisse, se rappellant ce soir là. La mort de sa soeur.

Ce soir là, elle avait quitté le manoir où elles habitaient tout les deux, à la recherche de sang frais. A peine c'était-elle éloignée, à travers la forêt, qu'elle sentie une douleur dans sa poitrine, de la peur. Aruna. Elle fit demi-tour, et se mit à courir. Elle ressentait de la peur. Un mal infini la parcourait, elle pouvait sentir le desespoir de sa soeur, ce désespoir présant dans ces yeux, comme une mélancolie, et une crainte éternelle. Elle courait, aussi vite qu'elle le pouvait, elle courait à en perdre haleine ... soudain elle s'arreta net. C'était comme si on venait de lui planter un poignard dans le coeur. Elle tomba à genoux sur l'herbe. Elle ne sentait plus rien. Plus de peur, plus de mal, plus d'angoisse, mais un vide infini au fond d'elle. Elle ne ressentait plus la présence de sa soeur. Alors elle se leva, et marcha d'un pas lent et calme vers le manoir. Elle savait. Elle ne voulait pas voir la réalité en face, alors elle marchait lentement, au fond d'elle même elle esperait ne jamais atteindre ce manoir. Lorsqu'elle arriva, et ouvrir la porte elle découvrir sa soeur morte, gisante dans une marre de sang.

Comme un manteau rouge, qui la recouvrait, avec toujours ce visage, et ses yeux, ses yeux craintifs, ses yeux qu'Helena aurait dût protégé de tout.

Se souvenir lui est insuportable.

Elle ferma les yeux quelques instants. Puis les ouvris. Le jeune garçon était toujours devant elle. Elle était désormais très près de lui. Elle était restée immobile jusque là.

" J'aime beaucoup tes yeux " Déclarat-elle.

Sur ces mots elle reculat légèrement.

" Ne t'inquiète pas, je ne vais pas te manger " Dit-elle d'un sourire attendrit.

Elle inclina légèrement la tête tout en le fixant.

" Excuse moi, si je t'ai effrayé. Ce n'était pas mon intension "

" Pour répondre a ta question : Je ne sors que la nuit. Pourquoi ? Tu dois t'en douter... " Dit-elle d'un air malicieux, avant d'ajouter :

" C'est étrange que tu dormes le jours. Simple envie ou contrainte ?"

La nuit calme et claire fesait ressortir ses longs cheveux blancs et ses yeux d'un rouge éclatant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Len Kurusu

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 23
Localisation : T'es flic ou quoi ?!?

It's a secret!
Âge: 16 ans
Pouvoir: //

MessageSujet: Re: Contemplation nocturne (Len kurusu)   Mar 25 Oct - 16:35

Silence. Seuls les battements d’ailes de quelques oiseaux lui répondirent, bientôt suivis des coassements des corbeaux. Un groupe de corbeaux s’envola, dans la nuit, ils étaient invisibles. Pourtant le garçon essaya de les repérer. Il les trouva enfin, passant sous la lune blanche et majestueuse, pleine à souhait. Il avait étudié le latin et se souvint qu’un vol d’oiseau venant de la gauche était mauvais présage. Il n’avait jamais rien comprit à la dévotion que les anciens romains vouaient à leurs dieux. Les étoiles scintillaient dans ce ciel sombre. Combien de fois, Nana et lui avaient-ils pu passer leurs soirée à contempler les astres ? Elle finissait toujours pas s’endormir dans ses bras. Alors, pour la bercer le garçon lui chantait une chanson qu’il affection énormémen,t. Quelques fois le Miserere, d’autres fois des œuvres différentes d’Allegri. C’était du latin, elle ne comprenait rien à ce qu’elle entendait mais elle le félicitait à chaque fois.
La jeune femme s’avança vers lui. Il ne l’avait pas remarqué de prime. Il lui fallut quelques instants pour s’en rendre compte. Elle avançait lentement, ses yeux rouges sang fixant avec intensité son visage. Que voulait-elle, bon sang ? Le gamin ne recula pas, ne voulant pas l’effrayer. Pourtant, si il avait connu la nature exacte de la fille aux iris rougeâtres, sûr qu’il aurait décamper, ou du moins reculer de quelques mètres. Qu’est-ce que ce garçon pouvait être naïf !

La lumière de l’astre blanc posée sur cette femme mettait en valeur son teint pâle. Elle ressemblait en tout point à un spectre. Ses prunelles couleur sang lui donnaient un petit air de mort-vivant, de monstre de la nuit. Sa chair blanche donnait l’illusion d’avoir affaire à un fantôme, un spectre voyageant à travers les âges, voilà à quoi faisait penser sa chevelure longue et blanche, lui tombant sur les cuisses. Un monstre plus vrai que nature. Quelque chose d’animal suait de cette peau. Len n’aurait su dire quoi. Il essaya de rassembler ses pensées, de se concentrer mais les yeux posés sur sa bouche le mettait mal à l’aise. Que voulait-elle donc, bon sang ? En parlant du nectar vermeil, il coulait toujours dans sa bouche. Il eut envie de gerber. S’il y avait bien une chose qu’il avait en horreur c’était le sang. Aussi bien la vue que le goût ou même l’odeur. Dans son malheur, la chance était avec lui. Seul le goût était présent sur ses lèvres. Mais c’était déjà trop.
Sa bouche entrouverte, le garçon put admirer à loisir la sublime dentition de la jeune femme. Pourtant, ses dents venaient de changer, de se métamorphoser sous son regard incrédule. Elles s’aiguisèrent pour devenir finalement des crocs. Il n’avait jamais rien vu de tel. C’était fascinant et effrayant à la fois. Elle recula brusquement. Ce n’était pas passé loin cette fois-ci.


- Ne t'inquiète pas, je ne vais pas te manger.

Avant cela, elle venait de dire qu’elle appréciait ses yeux. Ils étaient pourtant des plus banals.. Une couleur noisette comme on en trouvait souvent. Cette fille était vraiment étrange. Les pièces du puzzle auraient déjà dû se mettre en place dans l’esprit du garçon brun. Pourtant, il était bien trop effrayé pour réfléchir à quoi que ce soit.
Elle n’allait pas le manger ? Ce n’est pas l’impression qu’il avait eu quelques secondes plus tôt. Elle semblait prête à le mordre. Tout cela lui faisait penser aux contes folkloriques qu’il avait lu sur ces monstres légendaires et mythiques. Les vampires étaient leurs noms. Il évitait le sujet, craignant ces créatures diaboliques. Des suppôts de Satan. Tout était bon à être ramené à la religion, de son point de vue. Il n’y a pas de fumée sans feu, comme on dit si bien, non ?
La femme lui dit ensuite qu’elle ne sortait que la nuit. La raison ? Il ne la connaissait pas. Seule une hypothèse dansait dans son crâne. C’était absurde. Pourtant, à Youth plus rien ne devrait l’étonner depuis le temps qu’il vivait ici. Pourtant, il n’arrivait pas à s’imprégner du caractère quelque peu magique de l’endroit. Il n’était pas cartésien, loin de là. Lui-même était un elfe alors l’existence de d’autres espèces lui convenaient. Pourtant, il avait en horreur toutes ces créatures démoniaques. Il les craignait tout autant que le Malin lui-même.

- Vous êtes un… vampire, n’est-ce pas ?

Question stupide. Il se doutait de la réponse. Mais quelques informations complémentaires sur cette espèce était les bienvenues. Le bouquin le plus célèbre traitant de ce sujet était sans nul doute Dracula, livre que Len avait dévoré en très peu de temps. Rien que d’avoir prononcé le mot « vampire » le mettait mal à l’aise. Il en fallait vraiment très pue pour décontenancer notre jeune elfe. Mais comment lui en vouloir ? Il avait traversé tant d’épreuves dans sa vie qu’il doutait de tout, même de ses propres capacités. Il avait besoin d’être rassuré en permanence, il n’était sûr de rien.
La femme lui demanda alors si c’était pas envie ou par contrainte qu’il ne dormait que le jour. Question délicate.

- C’est assez compliqué à expliquer. Je n’ai pas envie de vous ennuyer avec cela alors parlons d’autre chose. De vous, par exemple.

Sa main se baladait dans l’herbe tendre et mouillée. Il n’avait pas froid mais tremblait tout de même. Sans doute était-ce lié à ce qui venait d’arriver. Il ne savait pas si il avait frôlé la mort ou quoi que ce soit dans ce genre. Mais le contact entre cette créature féminine et lui ne lui avaient plu. Elle l’avait effrayée plus qu’autre chose. Et elle qui disait un peu plus tôt qu’elle ne souhaitait pas lui faire peur ! C’était chose faite. On ne choisit pas sa nature. Quiconque aime le jaune et voudrait changer pour préférer le mauve par exemple, ne le pourrait pas. C’est ancré en nous. Quelque chose que nous ne pouvons changer. Si cette femme doit se nourrir de sang humain pour survivre, elle n’y peut rien. Il ne devait en aucun cas lui jeter la première pierre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena

avatar

Messages : 543
Date d'inscription : 22/10/2011
Localisation : Dans tes rêves.

It's a secret!
Âge: 17
Pouvoir: Lévitation d'objets

MessageSujet: Re: Contemplation nocturne (Len kurusu)   Mar 25 Oct - 18:33

Helena compris à son air craintif qu'elle avait été loin de lui avoir fait bonne impression. Mais y pouvait-elle quelque chose ? Quand ce garçon s'est approché d'elle tout à l'heure, elle n'avait aucune mauvaises pensées, elle ne voulait ni le mordre, ni le repousser, rien de tel. Au début il lui été seulement indifferent. Si seulement ce sang, cette divine odeur propice à la tentation, n'était pas entré en ligne de compte, rien ne se serait passé.

Mais s'en voulait-elle vraiment de l'avoir, selon elle, éffrayé ? Elle ne savait pas. Après tout cela fesait tellement longtemps qu'elle n'avait plus échangé de paroles avec quelque personne que se soit. Que les modalités d'usages, et la bonne conduite lui était désormais étrangers. Peut-être avait-elle était trop brutale, tant dans ses gestes que dans ses paroles. Après tout les vampires n'ont jamais été, dans quelque religion que se soit, des créatures adulés. Loin de là. Les vampires ont toujours été considéré comme un fleau, une source de mort et de désolation. Mais Helena, elle, s'en moquait. Enfin en général. A cet instant précis, elle se demandait plutôt ce qu'il pensait d'elle.

" Vous êtes un… vampire, n’est-ce pas ? "

* Alors c'est donc bien ça * Pensait-elle. En y refléchissant, être un vampire ne lui avait apporté jusque là que tristesse et haine. Le monde dans lequel elle a grandit. Ah ce monde ! On pouvait y sentir la peur et l'effroit a plusieurs milliers de kilomètres. Dans un manoir lugubre et renfermé. Un vrai cliché.

Un sourire en coin se dessina sur son pâle visage, à cette dernière pensée.

Vraiment, c'est d'un pure cliché, elle aurait pu être un peu plus originale. Mais hélas, tel sont les critères qui incombent à une personne de son espèce.

" Oui. Je suis un Vampire " Déclarat-elle en esquissant un sourire.

Les rayons de lune éclairés ses dents blanches, dont les crocs avait disparu.

* Maintenant deux possibilitées :
1 - il part en courant
2 - il reste petrifié de peur *
se dit-elle

En y réfléchissant bien il restait une dernière possibilité. Mais ce serai totalement absurde. Qui aurait envie de parler avec elle, sous la lune claire, et la froideur de la nuit ?
En y repensant, la compagnie du jeune garçon n'était finalement pas si désagréable que cela. Grâce à lui, elle a pu parler un peu, même si ce ne sont que quelques mots, cela fait tellement longtemps. Que son bonheur tient à peu de choses.

Mais la réponse du garçon la coupa dans ses pensées :

" C’est assez compliqué à expliquer. Je n’ai pas envie de vous ennuyer avec cela alors parlons d’autre chose. De vous, par exemple. "

* De moi ? * pensa-t-elle.
* Il dit qu'il ne veut pas m'ennuyer, lorsqu'on parle de lui, mais détourne la conversation pour que je lui parle de moi ? Et si je lui dit que je ne veut pas l'ennuyer ! Qu'allons-nous faire? Ah les hommes. Même chez les autres races, c'est la même comédie. *

En pensant à cela elle se mit à rire, d'un air innocent, tout naturellement. Elle-même en fut surprise ! Elle n'avait pas ri depuis, depuis ... depuis la fin tragique de sa soeur. Mais elle ne voulait plus penser à cela.

Elle se trouvait dehors, par une magnifique nuit, en compagnie d'un jeune garçon, affrayé, certes, mais elle trouvait cela assez drôle. De voir les gens effrayé pour si peu. Certes, il est vrai qu'elle aurait pu le mordre, cependant plus de peur que de mal.

Elle se décida tout de même à lui répondre :

" Parler de moi ? Eh bien je n'aime pas m'éterniser, alors je vais court. " dit-elle en lui souriant gentiment.

" Je viens tout juste d'arriver ici, comme je ne sors que la nuit, c'est difficile de crée des relations avec d'autres personnes, et comme tu as pu le voir, je ne m'y prend pas toujours bien " Dit-elle en rigolant légèrement.

C'était tout de même troublant, ces yeux, les mêmes que sa soeur. Même si c'était un vampire aussi, celle-ci avait des yeux de la même couleur que ceux du garçon qui se tenait en face d'elle. Mais la couleur ne fait pas tout, elle avait l'impression de retrouver certaines lueurs similiaires dans ces yeux. C'était peut-être pour cela qu'elle n'était pas sur ses gardes avec ce garçon.

" Pour ce qui est de ne pas voir beaucoup de monde, tu dois avoir le même problème que moi, puisque tu ne dors que le jour? "

Elle leva les yeux vers le ciel, ce soir la nuit lui paraissait agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Len Kurusu

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 23
Localisation : T'es flic ou quoi ?!?

It's a secret!
Âge: 16 ans
Pouvoir: //

MessageSujet: Re: Contemplation nocturne (Len kurusu)   Jeu 27 Oct - 8:12

L’affirmation de la fille à la crinière platine le fit frissonner à nouveau. Il n’avait pas l’habitude de croiser ce genre de créature. Au contraire, il préférait les éviter. Il savait quelques petits trucs sur ces monstres sanguinaires. Pourtant était-ce la réalité ou juste des légendes folkloriques inventées ? Il n’y comprenait rien. Il essaya de se remémorer ce qu’il savait. Au moins pour avoir l’illusion d’avoir de quoi se défendre si jamais la femme se mettait à vouloir lui sucer le sang. Même son bâton en bois d’acacia ne lui serait pas d’une grande utilité. Il regarda ses mains. Elles étaient glacées. Aussi froide que la main que Hope lui avait tendue l’autre jour. À son souvenir, il se sentit mal à l’aise. Il commença donc sa gymnastique mentale, tentant tant bien que mal de faire ressurgir ses connaissances en la matière.
Les croyances populaires au sujet des vampires étaient inspirées de peurs réelles. Certains aspects de la légende apparurent avec les grandes épidémies, quand les gens mouraient par centaines, les survivants rejetaient la faute sur le premier mort. À la nuit tombée, celui-ci allait de maison en maison et aspirait la vie des gens qu’on retrouvaient mort le lendemain. A cause de telles histoires, les docteurs étaient obligés de déterrer le corps du premier mort et de lui planter un pieu dans la poitrine. Des rapports médicaux de l’époque racontent que les cheveux et les ongles du mort avaient poussé et que le sang coulait à flot du cadavre quand on y enfonçait le pieu. On a depuis trouvé des explications parfaitement rationnelles aux prétendues découvertes de ces docteurs. Lorsque la peau commence à se décomposer, elle se rétracte en exposant les ongles qui, de ce fait paraissent s’être allongés. Si les intestins sont gonflés de gaz, le sang jaillira avec une grande force quand le corps sera transpercé. Certains médecins ont même avancé la thèse selon laquelle les « vampires » souffraient en fait de porphyrie, une maladie qui donne une coloration rouge aux yeux, à la peau et aux dents, et qui dessèche la peau au point que celle-ci se craquelle et saigne abondamment dès qu’elle est en contact avec la lumière du jour. On prétend aussi que les personnes atteintes de cette affection devaient boire du sang pour reconstituer les réserves de fer manquant à leur organisme, mais cette dernière théorie n’a pas été prouvée.

- Je viens tout juste d'arriver ici, comme je ne sors que la nuit, c'est difficile de créer des relations avec d'autres personnes, et comme tu as pu le voir, je ne m'y prend pas toujours bien.

C’est sûr qu’agresser la personne en question n’était pas une bonne idée. Bon, il n’y avait pas eu d’agression au sens physique. Toutefois, question psychologique, l’elfe venait d’en prendre un sacré coup. Il s’en souviendrait de cette soirée quelque peu mouvementée. On avait faillit le vider de sa dernière goutte de sang. Il se passa une main maladroite dans ses cheveux, préférant garder le silence pour le moment. Il était bien trop occupé à ressasser ses souvenirs sur les vampires. Tout était flou, pourtant il arrivait à se rappeler de quelques détails importants, l’espérait-il. De toute façon, lui non plus n’était pas très doué pour nouer des relations avec les gens. Il suffisait de voir comment il était partit précipitamment lorsqu’il était avec Hope. Grave erreur.
Certains personnages historiques ont alimenté le folklore et les légendes, inspirant parfois des personnages de fiction. Elizabeth Bathory, noble hongroise du 16ème siècle : on disait d’elle qu’elle prenait des bains dans du sang de jeunes filles vierges pour préserver sa jeunesse. Vlad Tepes, prince guerrier de Transylvannie du 15ème siècle. Il était le fils de Vlad Dracul, c’était un véritable boucher qui gagna son surnom d’empaleur parce qu’il tuait ses ennemis avec un pieu en bois. Et pur finir, John Haigh du 20ème siècle, fut exécuté pour « meurtres au bain d’acide ». De 1944 à 1949, il aurait assassiné 9 personnes dont il aurait bu le sang avant de dissoudre leurs cadavres dans un bain d’acide sulfurique.

- Vous savez, moi non plus je ne suis pas très douée pour le relationnel. Croyez-moi. Pourtant, je ne pense que le fait que je dorme uniquement le jour soit le problème.

De plus, dès que les beaux jours reviendront, son sommeil redeviendra normal. Quelle corvée ! À chaque fois, c’était la même chose. Quelques fois, il lui arrivait de regretter d’être un elfe. Mais dès qu’il avait ce genre de pensée, il allait immédiatement se confesser à un prêtre. Comment pouvait-on renier sa race, ses origines, sa famille même ? Il ne le supportait pas. Sa sœur avait donné sa vie pour qu’il puisse vivre. Elle n’avait aucune chance. Il n’avait pas le droit d’abandonner les siens. Depuis son arrivée à Youth, il n’avait pas eu l’occasion de croiser un seul autre elfe. Y en avait-il au moins ?
Les pouvoirs des vampires sont multiples et variés. Parmi ceux-ci, il y a en particulier l’hypnotisme, qu’ils utilisent pour hébéter et ensorceler leurs victimes ainsi que leurs facultés de transformation, qu’ils se changent en fine brume ou en animal de triste réputation ; la plupart du temps une chauve-souris. En revanche, le fait qu’un vampire ne se reflète pas dans les miroirs est une invention de Braam Stoker. Si un artiste tente d’en capturer l’essence, le portait dressé ressemblera immanquablement à celui de quelqu’un d’autre.
Les moyens traditionnels de défense contre les vampires incluent les gousses d’ail, l’eau bénite et l’argent. En outre, les vampires sont incapables de traverser un cours d’eau. Enfin pour les tuer, il convient de les empaler avec un pieu en bois, encore que certains chasseurs de vampires conseillent de les décapiter dans la foulée et ce à titre de précaution supplémentaire. Au moins avait-il réussit à se souvenir de toutes ces lectures.

- Dis m’en plus sur les vampires. Ce n’est pas tous les jours que l’on a l’occasion de rencontrer une telle créature.

Il disait la vérité. C’était seulement le second vampire qu’il croisait. Et la première du sexe féminin. Est-ce que toutes les lectures qu’il avait eu l’honneur de parcourir étaient vraies ? Comment différencier les mythes de la réalité ? Au fond, même si il avait lu pleins de choses à ce sujet, il se rendait finalement compte qu’il ne savait pas grand chose là-dessus. L’ignorance était une des choses qui avait le don de l’énerver. Au moins pourrait-il réparer son erreur. DU moins, si cette jeune femme acceptait de se confier. De toute façon, si elle ne voulait pas, ce ne serait pas grave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena

avatar

Messages : 543
Date d'inscription : 22/10/2011
Localisation : Dans tes rêves.

It's a secret!
Âge: 17
Pouvoir: Lévitation d'objets

MessageSujet: Re: Contemplation nocturne (Len kurusu)   Jeu 27 Oct - 19:05

" Vous savez, moi non plus je ne suis pas très douée pour le relationnel. Croyez-moi. Pourtant, je ne pense que le fait que je dorme uniquement le jour soit le problème. "

* Ah bon ? * pensa-t-elle * C'est vrai qu'il y a une foule incroyable les nuits, par ici, c'est bien connût. Ce n'était pas le problème ... *

Bon trêve d'ironie cela est vrai, le fait qu'elle ne vive que la nuit n'était pas le problème principal, mais cela jouait beaucoup. Les seules créatures qu'elle croisait la nuit, était souvent peu commodes, et effrayantes, tant sur le plan physique, même si cela ne la gênait pas vraiment, que sur le plan moral. Et ce dernier était souvent le plus effrayant. Même chez les vampires. Comme chez tous autres espèces d'ailleurs. Certains en était même terrorisants.

" Dis m'en plus sur les vampires. Ce n'est pas tous les jours que l'on a l'occasion de rencontrer une telle créature. "

* Une telle créature ? *

Qu'entendait-il par là ? * Je ne suis pas un phénomène de foire ou une " créature " * Non mais pour qui se prenait-il ce gringalet ?

* Tout d'abord il me dit que le fait que vivre la nuit n'excuse rien à mon manque de tact, oui donc je ne suis pas excusable cela est de ma faute, après tout c'est ma nature de " créature " *

Le garçon commençait vraiment à l'agacer.

Détournant son regard de lui, elle s'allongea dans l'herbe froide, dans sa position initiale, celle qu'elle avait adopter un peu plus tôt, avant qu'il ne vienne la déranger. Après tout qu'elle idée avait-il eu de se balader de nuit, si il ne voulait pas faire de rencontre saugrenus ou dangereuses.

Elle leva les yeux au ciel, ce ciel que tantôt elle trouvait si majestueux.

Après tout, peut-être que les paroles du gringalet, n'était pas forcément accusatrices, comme elle venait de l'interpréter. Mais bon à cet instant précis, cela lui était égal.

Helena a toujours été lunatique. Même si elle ne s'en rendait elle même pas compte. Elle pouvait passer en un instant de la joie à la tristesse, de la mélancolie à l'exaltation, de l'allégresse la plus grande à la neutralité la plus totale. Et cela en une fraction de seconde.

Ce gamin qu'elle trouvait attendrissant il y quelque instant, commençait à l'agacer.

Après tout il ne pouvait pas comprendre. Comment aurait-il pu de toute manière. Sa situation, ses problèmes.
Elle ne lui était d'aucun intérêt, il parlait avec elle afin de ne pas y passer. C'était tout.

Il avait fait une dangereuse rencontre, et faisait tout pour éviter le pire. Ah la peur. Quelle amie redoutable, qui nous pousse à faire des choses insensées. Mais après tout, elle ne pouvait pas lui en vouloir. A cet instant précis, ce petit bout devait être terrifié.

Mais cela ne la touchait en rien. De tout manière elle allait lui offrir une chance de s'enfuir, des fausses questions pour masquer un état d'angoisse. Cela l'agaçait profondément.


" As-tu peur de moi ? " dit-elle d'un rire moqueur.

Sous la lune, ses yeux paraissaient encore plus diaboliques, et à travers ses lèvres, on pouvait discerner ses cros apparents. Elle aimait changer de tout au tout, comme ça. Jouer avec son regard, tantôt effrayant, tantôt rassurant. Oh elle se débrouillait très bien à ce petit manège.

Elle se redressa lentement, et gracieusement, puis fixa le jeune garçon avec ses yeux de braises, et un sourire amusé au coin de ses lèvres.

Puis sans détourner son regard diabolique du sien, elle murmura presque inaudible ment :

" Si tu as peur, enfuit-toi maintenant je te laisse une minute "

Puis sans le quitter des yeux elle s'approcha lentement de lui. Son visage tout près du siens :

" A moins que ne tu désires rester "

Puis se recula légèrement. Après avoir prononcé ses mots, son regard s'était adouci, un regard innocent presque bienfaisant. Peut-être l'auriez vous croiser à ce moment là, vous aurez elle sans doute parût inoffensive, presque angélique. Elle dégageait un aura presque amical. Puis détourna son regard. Était-elle gênée ?

Enfin, elle se recula complètement. Et en le fixant droit dans les yeux, elle déclarât d'un ton neutre, comme vide de toutes émotions, avec toute la froideur du monde :

" Fait ton choix "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Len Kurusu

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 23
Localisation : T'es flic ou quoi ?!?

It's a secret!
Âge: 16 ans
Pouvoir: //

MessageSujet: Re: Contemplation nocturne (Len kurusu)   Lun 31 Oct - 9:15

Le garçon ne put s’empêcher de penser à la divinité Pazuzu en posant à nouveau les yeux sur cette jeune femme. Elle était une vampire. Qu’était donc Pazuzu au fond ? Pazuzu est souvent dépeint avec le corps d'un homme mais avec la tête d'une chauve-souris, avec des griffes à la place des pieds, deux paires d'ailes, une queue de scorpion et un pénis en forme de serpent. Il est aussi représenté avec la main droite levée, et la main gauche baissée, ce qui symbolise la vie et la mort, la création et la destruction. Doté d'une double paire d'ailes, Pazuzu est le démon du vent du sud-ouest, connu pour apporter sécheresse et famine en saison sèche, et des Inondations lors de la saison humide. Il est invoqué pour produire des amulettes qui permettront de combattre les pouvoirs maléfiques de la déesse Lamashtu, qui blesse mère et enfant durant un accouchement. Pazuzu était aussi réputé pour protéger les humains de la peste et des forces mauvaises. C’est sans doute le fait que les vampires soient associés aux chauve-souris qui venait de faire penser tout cela au jeune elfe. Ces créatures volant grâce aux ultrasons avaient le don de le mettre dans tous ses états. Il ne les craignait pas, mais ne pouvait les supporter.

- As-tu peur de moi ?

Surprit par cette question, il fut tout autant surprit par le rire grinçant qui émana des dents de cette drôle de femme. Il essaya de peser le pour et le contre pour pouvoir répondre aisément à cette vampire.
Pour. Cette femme à la crinière platine lui avait foutu les jetons d’entrée de jeu. Au lieu d’essayer de sympathiser avec lui, elle avait délibérément approcher ses crocs de son cou. Crocs qui resplendissaient à la lueur de la lune, lui donnant une allure de spectre tantôt effrayante, tantôt fascinante. Mais à part ça, quelles autres raisons pouvait-il avoir de la craindre ? Elle était une vampire, certes. Toutefois, si il se mettait à avoir peur de tous les vampires, difficile pour lui d’espérer approcher Hope à nouveau.
Contre. Elle ne lui avait rien fait. Du moins pas encore. Cette femme n’avait pas choisit d’être ce qu’elle est aujourd’hui. Sa dépendance au sang n’enraye en aucun cas sa personnalité. Existait-il des vampires végétariens ? Question stupide. Au moins le rouquin n’avait-il pas essayé de sucer son sang, lui. Mais elle n’était pas allée jusqu’au bout. Heureusement, d’ailleurs. Il se gratta à nouveau la nuque. Une mauvaise manie dont il n’arriverait jamais à se débarrasser, il faut croire. Il observa ne nouvelle fois la lune ronde et pleine à souhait avant de prendre la parole d’une voix calme et assurée. Si il y avait des traces de peur – ce qu’il n’y avait pas - on ne pouvait les discerner dans ce timbre :

- Tu ne m’as rien fais. Ce n’est pas parce que tu es une vampire que je vais m’enfuir en courant et en hurlant. J’avoue avoir étais quelque peu étonnée lorsque tu t’es approchée de moi… Mais ça va mieux désormais.

La fille lui dit ensuite de s’enfuir si jamais il la craignait. Ce n’était pas le cas. Elle lui proposa alors de rester si et seulement si il ne la craignait pas. Que voulait-elle à la fin ? Une partie de chasse avec lui comme rôle de gibier ? Elle se mettait le doigt dans l’œil, et jusqu’au coude en plus ! Jamais le petit Len ne s’enfuirait devant quelqu’un. Il avait déjà été bien trop lâche autrefois. Il ne se le pardonnerait jamais. Tous ces cauchemars étaient sa faute et uniquement sa faute. Si seulement il avait été plus fort quelques années plus tôt, Haru serait certainement encore en vie.
Pauvre Haru. Ce qu’elle avait subit était tout bonnement imaginable. Ce que tous ces gosses avaient enduré étaient si horribles. Et merde ! Tout cela était sa faute. Il n’aurait jamais dû la forcer à s’éloigner de la maison des parents. Ils auraient dû rester tranquillement dans le jardin ou mieux, dans la maison à faire des mots croisés ou à lire un bouquin. Au lieu de cela, sa jovialité l’avait poussé à faire un cache-cache dans les bois. Ils avaient croisé le grand méchant loup. Sauf que contrairement à ce que l’on pourrait croire, le brun ne s’en était pas sortit sans séquelles. Chaque nuit, il revivait cette semaine de cauchemar. Il aurait dû mourir avec sa grande sœur. La vie aurait été tellement plus simple.

- Cela te dérange t-il si je reste encore un peu ? Et puis tu sais, tu n’es pas obligé de me parler si ma présence te dérange tant que cela. Je t’ai questionné sur les vampires mais je comprends que tu ne souhaites pas en parler. Surtout avec un inconnu tel que moi !

Il venait de dire cette dernière phrase sur le ton de la plaisanterie. Pourtant, il n’avait pas le cœur à rire. Pas en ce moment. Son choix était donc fait. Il allait rester encore un peu. La présence de cette drôle de femme l’apaisait. Il ne saurait expliquer pourquoi. Peut-être était-ce parce qu’il retrouvait un peu de Nana en elle. Une infime partie de son caractère. Oui, cela devait être cela. Cette gentille Nana… Comment avait-il fait pour la mériter à ce point ? N’avait-elle pas comprit que c’était lui et lui seul le bourreau de sa sœur ? Indirectement, bien sûr. Si seulement il n’avait pas voulu jouer plus loin que prévu. Si seulement il avait été un poil plus obéissant.
C’est alors qu’il avait trouvé la solution. Livre cœur et âme à la religion. Il avait trouvé une chance de racheter ses fautes d’antan. Il avait prier tant et tant de fois, avait dévoré nombre de bouquins impressionnants ayant un rapport à la théologie et était devenu désormais un puits de citations. Pourtant, cela ne lui suffisait pas. Il voulait toujours faire plus, encore et encore. « La lune est belle ce soir. Vraiment très belle. » songea t-il avant de reporter son attention sur la fille aux yeux rouges de braise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena

avatar

Messages : 543
Date d'inscription : 22/10/2011
Localisation : Dans tes rêves.

It's a secret!
Âge: 17
Pouvoir: Lévitation d'objets

MessageSujet: Re: Contemplation nocturne (Len kurusu)   Sam 5 Nov - 22:41

" Tu ne m’as rien fais. Ce n’est pas parce que tu es une vampire que je vais m’enfuir en courant et en hurlant. J’avoue avoir étais quelque peu étonnée lorsque tu t’es approchée de moi… Mais ça va mieux désormais. "

* Un peu étonné * se dit-elle. * Oui c'est le cas de le dire, vu ça tête à ce moment là * Enfin bref, Helena fut tout de même surprise par la réponse du garçon. Elle le voyait déja, détallant comme un lapin apeuré à travers les buissons. Cette vision lui soutira d'ailleurs un petit sourire en coin. Mais peu importe, finalement ce gringalet avait tout de même assez de cran pour rester là, en face d'elle, alors qu'elle le savait apeuré, et quelque peu déboussolé par ce qui venait de se passer. Non, elle devait bien lui reconnaitre cette qualité. En observant le garçon qui se tenait près d'elle, de nombreuses questions lui venait à l'esprit. Il est vrai qu'elle avait fait son petit manège, tout à l'heure, le testant pour voir ses réactions, s'amusant de sa peur ... Mais maintenant qu'il était là, devant elle, elle se demandait réelement qui il était. Après tout, ils venaient de se rencontrer à l'instant, elle ne saurait dire exactement combien de minutes se sont écoulés depuis l'arrivé du garçon. La notion de temps ? Aucune. Elle n'en possaidait pas. Et puis à quoi bon ? Elle sentait seulement le réchauffement de l'air, au matin. C'est le seul moment important. Le moment où elle sent qu'elle doit partir, ou plutôt fuir.
D'aussi loin qu'elle se souvienne, elle n'as été au contact des rayons émanent de cette grande boule de feu, que l'on appelle couramment " Soleil ", qu'une seule fois. Un rayon de soleil avait atteint sa main droite laissant une marque de brûlure apparente. Elle se souvient que ce jour là, elle avait eu mal. Très mal. Et en a gardé la trace durant trois ans.

D'ailleurs, elle avait beau avoir une grande force, et détenir certains pouvoirs assez rares, que ne présentait pas en général les vampires, elle restait tout de même de santé fragile :
Le moindre rayon de soleil sur sa peau était la cause d'une grave brulure. Ou encore, une perte de sang minime pouvait avoir des répercutions désastreuses sur son organisme. Enfin bon ! Elle était née comme cela et ne pouvait rien y changer.

La brise douce du soir se faisait ressentir. Le vent emportait à son oreille les paroles du garçons qui raisonnait alors dans la nuit.

" Cela te dérange t-il si je reste encore un peu ? Et puis tu sais, tu n’es pas obligé de me parler si ma présence te dérange tant que cela. Je t’ai questionné sur les vampires mais je comprends que tu ne souhaites pas en parler. Surtout avec un inconnu tel que moi ! "

C'est vrai que pour le moment c'était un " inconnu ", mais après tout pourquoi ne pas essayer de le connaître un peu. Il est vrai qu'à l'exeption des Vampires, Helena n'as jamais connu d'autre races et ne connaissait pas leur mode de vie, elle savait juste que les autres créatures vivaient le jours ... Chose qu'elle ne connaissait pas. Chose qu'elle ne connaitra sans doutes jamais. Le Soleil ? Nommé " Sol " chez certaine civilisation dite Latine et " Hélios " chez d'autre nommé Grec. Quelques lectures et descriptions, lui donnait parfois une idée approximative de l'apparence général de cet astre. Cependant, on lui a souvant dit , que ce é Soleil" dégageait une energie telle, qu'elle illuminait le monde; révélant l'obscurité, et mettant à nu les êtres et leurs défaults.
Mais cela lui paraissait tellement abstrait et irréel. Elle qui ne vivait que sous la coupe du ciel étoilés, bercé par la brise fraiche de la nuit.
En réfléchissant, elle contemplait le ciel et ses merveilles. Puis son regard se posa sur le jeune garçon qui se tenait près d'elle. Un regard calme, et pensif.

" Non cela ne me dérange pas "
dit-elle doucement.

" As-tu déja vu le Soleil ? " Continua-t-elle, pensive... Puis, le silence se fit. Seul le bruit des feuilles résonnaient dans la nuit.

" Moi, jamais. " poursuivit-elle d'un ton mélancolique, en fixant ce ciel obscur, qu'elle connaissait déja. Puis, comme se ressaisissant, elle quitta ses pensées dans lesquelles elle s'était égarée un bref instant.

" Enfin, passons. Que voudrais-tu savoir sur les vampires, cher inconnu ? "Dit-elle en souriant. * Pourrais-je enfin mettre un nom sur ce visage ? *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Len Kurusu

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 23
Localisation : T'es flic ou quoi ?!?

It's a secret!
Âge: 16 ans
Pouvoir: //

MessageSujet: Re: Contemplation nocturne (Len kurusu)   Mer 9 Nov - 15:49

La jeune femme ouvrit alors la bouche pour lui affirmer que cela ne lui faisait ni chaud, ni froid qu’il reste ou non en sa compagnie. Tant mieux. Si jamais elle avait refusé, le jeune brun se serait tout simplement sentit… stupide. Qui ne le serait pas dans de telles conditions ? Le garçon esquissa simplement un sourire discret en guise de remerciement. Inutile de se confondre en paroles vaines et dépourvues de tout sens. Bien sûr, il était toujours sincère lorsqu’il remerciait quelqu’un. Mais quel intérêt dans un tel cas ? Tout cela virait au ridicule. Cette mascarade stupide et sans raison.
Il était temps d’ouvrir les yeux. Cette vampire mentait. Sa présence l’importunait plus qu’autre chose, sinon pourquoi lui aurait-elle laissé la possibilité de partir. Pourquoi fallait-il toujours qu’il vienne là où on ne voulait pas de lui ? Si cela se trouve, c’est exactement la même chose pour Hope. Hope… Le nom du beau rouquin dansait sous ses prunelles et tourbillait dans son crâne. Il était justement venu pour oublier ces derniers évènements, et voilà qu’il y songeait à nouveau ! Minable. C’était le seul mot qu’il trouvait pour s’auto critiquer. En effet, le gosse à peine plus jeune que la créature postée à côté de lui n’avait que très peu d’estime pour lui-même. B’était-ce pas là l’un des défauts que Nana ne cessait de pointer du doigt ? Si, il s’en souvenait désormais.

- As-tu déjà vu le Soleil ?

Quelle question plus étrange que celle-ci ? Len faillit d’abord éclater de rire face à cette interrogative qui le désarmait plus que tout. Comment diable, au XXIème siècle pouvait-on ouvrir la bouche pour demander ce genre d’ânerie ? Sa mémoire se mit en marche alors. Quel crétin ! Cette jeune femme était une vampire. Il était tout simplement impossible pour elle de caresser la lumière écarlate et si brillante du soleil. Cette énorme boule de feu lui resterait inconnu. À jamais. Il s’en voulait d’avoir réagit ainsi. Heureusement, il avait conservé le silence. Son envie de rire s’était dissipé, remplacé par une honte certaine. Si seulement il avait pu disparaître eu plus profond de la nature, ainsi il se serait fait vite oublié. Malheureusement, tout cela était impossible.
Une idée vint se frayer au plus profond de son crâne. Un doute, plutôt. Cette femme venait de lui certifier qu’elle n’avait jamais été caressé par la chaleur, mieux la fournaise, de cet astre brûlant. Pourtant Hope, lui, était en plein jour au moment de leur rencontre. Le soleil était en train de se coucher, masqué par les montagnes au loin, pourtant le gamin aurait mit sa main au feu que ce bel adulte avait croisé les rayons mesquins du Soleil. C’était à ne plus rien à y comprendre. Voilà une question qu’il faudrait étaler au plein jour pour pouvoir mieux la comprendre. Qui mieux qu’un vampire état mieux qualifié pour répondre à une chose aussi absurde ?

- J’ai croisé un vampire qui regardait pourtant le Soleil. Je n’y comprends rien. Je croyais, enfin selon les légendes, les vampires sont sensés être changés en poussière au contact des rayons mortelles. Pourtant lui…

Il n’avait formulé aucune question. Pourtant, c’était si simple. Les mots ne voulaient pas sortir. Pourquoi ? Il n’y comprenait rien. Un léger mal de crâne vint le secouer. Il ne manquait plus que cela. Il passa sa main sur son front, un peu comme si il souhaitait calmer cette soudaine douleur qui ne cessait de redoubler. Pourtant, il savait très bien que cela ne servait strictement à rien. Il se frotta la temps, plus par habitude que par réelle nécessité. Il savait que cela irait mieux dans quelques instants. Cela allait passer. Juste un maudit mal de crâne comme il n’en avait connu de tel depuis longtemps déjà.

- Enfin, passons. Que voudrais-tu savoir sur les vampires, cher inconnu ?
- Déjà, sache que je m’appelle Len. Mais finalement, je pense que je remettrais ce stupide interrogatoire à plus tard. Je n’ai pas ma place auprès de toi. À bientôt, je l’espère.

Il se leva en titubant, manqua de s’écraser contre le sol mais se reprit finalement en main. Il n’y comprenait rien. Il ne se comprenait plus. D’ailleurs, s’était-il déjà cerné lui-même avant de faire la morale aux autres ? Jamais. Il venait de gâcher une formidable occasion lui permettant d’en savoir plus sur les vampires. Sur son vampire. Tout cela était bien trop prétentieux. Il ne pouvait s’approprier un homme. C’était tout simplement insensé. D’ailleurs, qu’avait-il eu entre eux deux ? Rien. Rien, si ce n’est un baiser. Un simple baiser.
Le jeune elfe se mit en marche en direction du pensionnat. Il était temps pour lui de se reposer un peu. Dormir quelques heures ne lui ferait aucun mal. Au contraire, vu son étét, cela n’en serait que bénin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena

avatar

Messages : 543
Date d'inscription : 22/10/2011
Localisation : Dans tes rêves.

It's a secret!
Âge: 17
Pouvoir: Lévitation d'objets

MessageSujet: Re: Contemplation nocturne (Len kurusu)   Mer 9 Nov - 18:12

" J’ai croisé un vampire qui regardait pourtant le Soleil. Je n’y comprends rien. Je croyais, enfin selon les légendes, les vampires sont sensés être changés en poussière au contact des rayons mortelles. Pourtant lui… "

Helena sourit à la phrase du garçon. Ah l'ignorance. Ce commentaire, certe faux, lui rappella une phrase qu'un humain avait écrit... Il se disait "intellectuel "... Mais quel était son nom déja ? Elle fronça légèrement les sourcils en signe de réflection. Ces derniers temps, elle était restée seule. Qui plus est de nuit. Ainsi, elle ne trouvait pas, voir peu de compagnie. Avant de venir au pensionnat, elle s'adonnait à la lecture nocture. En effet, dans le manoir qu'elle habitait, se trouvait une bibliothèque vieille de plusieurs milliers d'années, dans laquelle elle trouvait, à son grand étonnement, des ouvrages aussi bien "humains", qu'écrit par les vampires eux-mêmes. Cette pièce du savoir, était devenue son lieu de repos. Nuits après nuits, elle dévorait les ouvrages " Vampires " en premiers, puis se mit à lire ceux des " Humains " il y avait même quelques livres rédigés par des "Lycans" ou encore des ... " Sirènes " ? Oui. Cela lui parut d'ailleurs improbable! Mais après tout ce manoir avait survécu à plusieurs décennies d'un règne vampirique, avant de tomber dans des mains humaines, puis d'être rendu, quelques années plus tard, à ses premiers propriétaires.
Bref. Les ouvrages accumulés était nombreux et divers ... Mais oui ! Helena esquissa un légé sourire. Elle venait de se souvenir de cet auteur. Victor Hugo. Oui c'était bien là son nom. Parfois les humains la surprenait. Enfin certain humain. Les autres ... aucune utilité. Enfin bref, revenons a cet auteur. De mémoire, le passage qui l'avait marqué était celui-ci :

Citation :
Il y a deux manières d'ignorer les choses : la première, c'est de les ignorer ; la seconde, c'est de les ignorer et de croire qu'on les sait. La seconde est pire que la première.

Pour elle, le garçon faisait parti de la deuxième catégorie. Ancré dans ses clichés, il ne s'était même pas aperçu que ces derniers étaient soit des légendes absurdes crées pour effrayer ces pauvres petits humains, soit des stéréotypes révolus. En réalité, il existait plusieurs catégories de Vampires. Comme il y avait plusieurs races chez les humains, races qui, d'ailleurs, se disputaient sans cesses, créant des geurres et des morts par milliers. Mais après tout elle ne pouvait guère leurs faire de reproche. Ainsi, les vampires étaient divisé en plusieurs catégories, enfin, si on peut appeller cela ainsi. Ainsi, certain était plus résistant au soleil que d'autres , comme certain humain sont plus fort, ou plus intelligent que d'autres. Pour sa part, Helena était de santé fragile, mais doté pourtant d'une grande force. La nature équilibre bien les choses, non ?

" Déjà, sache que je m’appelle Len. Mais finalement, je pense que je remettrais ce stupide interrogatoire à plus tard. Je n’ai pas ma place auprès de toi. À bientôt, je l’espère. "

Etrange ces humains ... C'est fou comme ils peuvent faire preuve de courage et après se rabaisser comme cela en affirmant qu'il n'ont " pas leur place ". Cependant, en observant attentivement le garçon, elle remarqua des signes de faiblesse dans son attitude. La fatigue ? Le garçon manqua de tomber en se revelant. Helena esquissa un petit sourire. Mais ne bougea pas d'un pouce laissant le garçon livré à lui-même. Après tout, les humains aussi ont de la fierté. Elle se dit qu'il n'apprécierait surement pas si elle lui venait en aide.

* Laissons le se débrouiller seul. Si jamais il s'évanoui, j'interviendrais. *

Une fois le garçon debout, elle se revela lentement, le regardant s'éloigner de quelques mètres avant d'ajouter d'un ton mystérieux; un sourire apparent au coin des lèvres :

" A bientôt. Len. "


Désormais seule, dans ce jardin entouré par les ténèbres, ses longs cheveux blancs éclairés par la Lune virvoletaient sous la brise. On ne dicernait alors, que ses yeux rouges vif, perçant la nuit de leurs éclats. D'un mouvement, elle se retourna, puis disparût lentement dans la nuit.


~Fin~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Contemplation nocturne (Len kurusu)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Contemplation nocturne (Len kurusu)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Escapade nocturne [Galyana]
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]
» Nuage nocturne premier entrainement
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic-Youth  ::  :: Domaine de la Pension :: Jardin-
Sauter vers: