Forum Y***~ Y***~H*****
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bonjour Tristesse ! [Sanzo]

Aller en bas 
AuteurMessage
Len Kurusu

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 22
Localisation : T'es flic ou quoi ?!?

It's a secret!
Âge: 16 ans
Pouvoir: //

MessageSujet: Bonjour Tristesse ! [Sanzo]   Mer 19 Oct - 15:56

Impossible de savoir si sa journée avait été bonne ou non. Certes, il avait fait la connaissance du rouquin. De Hope. Pourtant il ne cessait repenser aux images de son cauchemar. Toujours le même, bien sûr. Inutile de penser à cela maintenant. La lune était belle ce soir, mieux valait en profiter. Le parfum de Hope ne le quittait pas. Quelques effluves étaient restés sur sa veste. Il s’emmitoufla un peu plus dans le vêtement et le huma. Quel arôme divin. Là, il en faisait peut-être un peu trop. Il était repassé à sa chambre déposer le bouquin. Il avait besoin de prendre l’air et le livre l’aurait embarrassé plus qu’autre chose. Il n’était pas prédisposé à se concentrer sur de la théologie de toute façon. Seul l’importait ce qui s’était passé un peu plus tôt entre Hope et lui. À vrai dire, rien. Et il le regrettait énormément. Si seulement il était moins timide.

Ses pas étaient incertains. La nuit le recouvrait complètement. Il avançait à l’aveuglette, son bâton de combat en acacia. Il l’avait taillé lui-même. Le bois du Christ n’avait pas été chose facile à trouver. Dans son ancien monde, il aurait sans doute dû parcourir des pays entiers avant de pouvoir avant la chance de poser les yeux sur un tel spécimen. Ici, c’était différent. Dès son arrivées, il s’était mis en tête de trouver un tel bois. Son vœu avait été exaucé. Il posa les yeux dessus. Le kanji « Ai » était gravé dessus. Tout cela datait du temps où Nana et lui étaient encore ensembles. Le parfait amour. Un couple modèle. Ou presque.
Le pâle halo de la lune ne suffisait pas pour discerner ce qui l’entourait. Aussi ne fut-il pas étonné lorsqu’il se prit les pieds dans quelque chose. Il trébucha et finit sa route à plat ventre. Bravo. Il se releva, épousseta ses vêtements et se rendit compte que la cause de sa chute était une pierre. Il s’approcha d’elle, l’effleura. Ses mains s’enfouirent sous des cavités plus profondes les unes que les autres. Des symboles étaient gravés dedans. Des lettres peut-être. Il faisait bien trop sombre pour discerner quoi que ce soit et ce n’est pas en tâtant l’objet en question qu’il comprendrait les runes inscrites. Tant pis.
Il commença à jouer avec un caillou qui se trouvait sur la route. Il shootait dedans. Un peu plus fort à chaque fois. Au bout d’un moment, il mit tant de force dans son coup que la roche disparut de son champ de vision. Chiotte. De toute façon, il était là pour réfléchir et non pour s’amuser. Il accrocha son bâton de combat dans l’étui servant à le ranger et continua sa route, un peu moins dissipé que tout à l’heure.

Si on le lui avait dit, il ne l’aurait sans doute pas crut. Ses yeux faillirent sortir de leurs orbites lorsqu’il se stoppa face à un bâtiment des plus imposants. Il monta les marches quatre à quatre, pressé de pouvoir voir à quoi ressemblait ce curieux édifice. Il ne fut pas déçu du voyage. Essoufflé, il était en extase sur l’architecture des Anciens qui avaient su ériger une telle merveille. Les colonnes en roche étaient sublimes, les motifs gravés sur chacune d’entre elles étaient à couper le souffler. L’endroit était immense. Jamais il n’en ferait le tour. Comment se faisait-il qu’il n’était jamais venu ici depuis le temps qu’il vivait à Magic Youth ? Il se souvint alors. Si, il avait déjà posé les pieds sur ce sol marbré. En compagnie de Nana. Le premier lieu qu’ils avaient visités ensemble. Ebahis, ils n’avaient pas dit un seul mot durant leur présence au Temple. Ils se sentaient si inférieurs, si petits comparé à ça que les mots s’étaient bloqués d’eux-mêmes. Un bruit de pas retentit. Nana ? Non, c’était impossible. Il ne se retourna pas, préférant laisser place à la surprise qui allait suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Watanabe

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 22
Localisation : Tu as besoin de le savoir ?

It's a secret!
Âge: 17
Pouvoir: Lucy

MessageSujet: Re: Bonjour Tristesse ! [Sanzo]   Ven 21 Oct - 9:19

C’était le soir, Sanzo venait de se réveiller… Logique ? Il avait encore rêvé de ça… La guerre… Cette guerre qui a provoqué tant de mort, tant de peine… Il n’arrivait pas à se sortir cette époque de la tête, c’était si… Sanglant, cruel et barbare ! Il regardait aux alentours, il y avait Genko qui tournait dans la pièce, Lucy, elle dormait encore…

Il ne savait pas ce qu’elle pensait ou ce dont elle rêvait, mais bon. Il se leva et regardait le renard avant de s’approcher de lui pour le regarder dans les yeux. Le renard ne comprenait pas, mais il le regardait d’un air énervé, sans aucune raison. Puis ils se mirent à rire, pas trop fort pour ne pas réveiller Lucy, mais ils riaient…

Le jeune homme partit à la recherche de quelques vêtements à mettre, mais puisqu’ils allaient partir en moto, il prit simplement sa tenue de course qu’il avait à son arrivé… Le renard fit signe à Sanzo de sortir de la chambre, certainement pour qu’ils se promènent quelque part, l’ex militaire le suivait sans trop poser de question. Une fois à l’extérieur du pensionnat, on pouvait voir la lune qui brillait d’un bel éclat argenté…

Aussi beau que n’importe qu’elle bijoux de valeur ! Le démon sortit de sa poche les clés de sa moto et démarra la Suzuki qui fit un beau bruit… Il se plaça sur la moto avant de commencer à rouler avec le renard qui était sur le réservoir, accroché à Sanzo… Le casque sur la tête, Sanzo n’entendait que le bruit du moteur qui rugissait de plus belle… Le bruit était différent de quand il était sur Terre… La route à Youth n’était pas très… Droite et les virages était fréquent, mais ce n’était pas un problème pour notre motard qui n’avait pas froid aux yeux on va dire…

Il prenait chaque virage sur l’intérieur à la limite de toucher les trottoirs. On pouvait distinguer sur le militaire une ceinture avec deux étuis dans lesquelles étaient cachés ses deux magnums noirs comme ses nouveaux pouvoirs, sa moto, sa tenue et les ténèbres. On pouvait juste remarquer une ombre qui ce déplaçait à une allure folle dans cette nuit un peu angoissante.

Le démon stoppa son engin devant de long escalier qui devait surement mener à un temple… Le renard le regardait, il n’y avait personne, ça semblait désert… Et très sombre ! Le soldat ne savait pas sur quoi il pouvait tomber dans ce monde, ignorant les particularités de celui-ci… Il sortit un de ses magnums et piocha dans le mini coffre en dessous du siège de sa moto une lampe de poche qu’il alluma… Il fit une sorte de croix avec ses bras de façon à éclairer l’endroit qu’il visait de son magnum… Une technique de militaire pour la reconnaissance.

Il soupirait et éclaira d’un coup ce qui semblait être un jeune garçon… Avec un bâton ? Sanzo haussa les sourcils, comment quelqu’un pouvait se battre avec un… Bâton ?! Rien que de penser cela, l’homme souriait, après tout, ce monde semblait être intéressant ! Et drôle ! Il baissa son arme, sans la ranger et demanda d’une vive voix au jeune garçon qui ressemblait un peu à singe d’ailleurs :


- Qu’est-ce que tu fais ici, aussi tard dans la nuit ?

Genko regardait le garçon depuis l’épaule de Sanzo avec un air neutre puis il descendit de l’épaule du soldat pour se placer juste devant l’homme et le dévisager… Personne ne savait pourquoi le renard avait ce genre de réactions… Un peu bizarre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Len Kurusu

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 22
Localisation : T'es flic ou quoi ?!?

It's a secret!
Âge: 16 ans
Pouvoir: //

MessageSujet: Re: Bonjour Tristesse ! [Sanzo]   Ven 21 Oct - 12:32

Non ce n’était pas Nana. Sa chère amie d’enfance était blonde certes. Mais elle ne possédait pas des yeux bleus semblables à l’océan. Autre détail, elle était une fille et la personne qui s’avançait était un homme. Impossible de déterminer son âge. Peut-être était-il un peu plus âgé que l’elfe mais alors pas de beaucoup. À la lumière du temple, Len se rendit compte que sa chevelure n’était pas semblable à la couleur des blés comme il l’avait cru au premier abord mais ressemblait davantage à la couleur lumineuse mais à la fois pâle de la neige.
Le canon d’une arme à feu était pointé face au sol. Super. Encore un féru de la guerre et de la violence. C’étaient ceux que le môme aimait le moins. Sans doute était-ce là un héritage de ses ancêtres que d’haïr à ce point la violence entre hommes. Mais bon, ces stupides humains faisaient ce que bon leur semblait. Si ils souhaitaient s’exterminer entre eux, qu’ils le fassent ! Ce n’était pas le jeune adolescent qui allait les en empêcher. Au contraire, même.

Il avait d’abord crut reconnaître un Beretta. Une arme semblable à celle d’El Ogro. Après observation, l’arme n’était pas celle-ci. Tant mieux. Il faut croire que le Tout-Puissant était contre lui. Ou juste le Malin. Pourquoi ne cessait-on de lui rappeler son passé des plus terribles ? Pourquoi n’y avait-il que des éléments de ses souvenirs ? Il avait beau se poser la question, aucune réponse ne vint.
Un animal s’interposa entre lui et le semblant de blondinet. Ses yeux s’écarquillèrent lorsqu’il reconnut la forme si propre au renards. Les mêmes oreilles en pointes, cette même queue touffue et ces yeux si gourmands. Il en avait vu tant ici. Il en avait aperçu encore plus dans la forêt de son apparence. Cependant un détail clochait. Pourquoi cette bête avait-elle un pelage sombre ? Des poils sombres, couleur de la nuit. Ses yeux aussi étaient étranges. Non pas légèrement dorés mais d’un rouge vif. Presque agressif. Terrifiant à fixer. En tant qu’elfe, le gamin pouvait aisément communiquer avec les animaux, peu importe l’espère. Il se concentra, voulant pénétrer l’esprit de l’animal. Ce fut un échec. Certes, il n’avait pas pratiqué cet exercice depuis fort longtemps mais impossible de franchir la barrière qui les séparaient. Il se gratta le dessus de la tête, perplexe.

- Qu’est-ce que tu fais ici, aussi tard dans la nuit ?
- Parce qu'il faut une autorisation de sortie pour pouvoir se balader par ici ? rétorqua t-il du tac au tac.

Non mais oh ! Pour qui se prenait-il celui-là ? Il n’avait rien dit de méchant. Il était juste poussé par la curiosité. Il n’y avait pas mort d’hommes. Il était normal que ce grand se pose quelques questions sur sa présence ici. Il est vrai qu’il n’est pas courant de croiser un jeune garçon se balader tout seul à l’extérieur de l’Académie. Il est encore moins courant de voir quelqu’un sortir à la nuit tombée. Mais qui pouvait-il ? C’était l’automne. Tout se mourrait en cette saison. Son rythme de sommeil s’en trouvait donc perturbé. Au lieu de se reposer la nuit comme les gens normaux lui dormait en pleine journée. C’était d’ailleurs grâce à cela qu’il avait fait la connaissance de ce cher Hope un peu plus tôt dans la soirée.
Il reporta son attention au quadrupède. Un mystère entourait cette bête. D’accord il n’avait pas communiqué avec des animaux depuis longtemps mais il y avait anguille sous roche. Quelque chose d’anormal qu’il ne savait expliquer.

- Ton renard m’intrigue énormément. Dis m’en plus à son sujet. Je mettrais ma main au feu qu’il n’est pas comme les autres de son espèce. Et crois-moi, je ne dis pas cela uniquement à cause de sa couleur étrange elle aussi.

Des bêtes comme celui-ci, il en avait déjà vu. La couleur la plus répandue était bien sûr le renard roux. Il existe aussi des renards polaires se fondant parfaitement dans la neige grâce à leur pelage fait exprès pour ce milieu de vie. Mais des noirs… Cela sortait vraiment de l’ordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Watanabe

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 22
Localisation : Tu as besoin de le savoir ?

It's a secret!
Âge: 17
Pouvoir: Lucy

MessageSujet: Re: Bonjour Tristesse ! [Sanzo]   Sam 22 Oct - 6:29

Sanzo regardait cet homme qui semblait assez petit… Et une tête assez drôle malgré l’air sérieux qu’il avait. Il rangea son arme dans son étui et regardait l’homme qui semblait dégoûter par le fait qu’il ait une arme de guerre… Ça semblait normal pour notre nouveau-démon, il avait déjà rencontré des gens comme ça, mais bon il laissait couler ce visage et resta silencieux. Il éclaira de sa torche l’endroit sombre puis le jeune homme se mit à regarder Genko, le renard lui se contentait de le fixer. Il avait l’air perplexe à la vue du renard… Assez drôle à voir d’ailleurs, Sanzo, lui se contenta d’un soupire avant que le jeune homme réponde sans même regarder le blond aux yeux d’azur dans les yeux. Ce genre de comportement énervait un peu le militaire, la moindre des politesses et de regarder la personne à qui on parle… Surtout vue les conditions dans lesquelles à vécu le soldat, ce genre de politesse semblait primordiale. Il se contenta d’un long soupire prouvant qu’il n’avait aucunement envie de répondre à ce genre de phrase.

Le jeune brun semblait vraiment intrigué par Genko, il le regardait avec insistance et le détaillait du regard, ce qui énervait assez le renard qui se mit vite à sortir les crocs, n’ayant plus ses pouvoirs, il pouvait juste faire ça pour prouver sa colère. Il restait un démon certes, mais avec juste assez de pouvoir pour vivre. Ce qui c’était passé le jour où Sanzo avait tué Genko reste un grand mystère dans leurs tête… Mais ils se sont mis en tête de trouver le pourquoi du comment et chez Sanzo qui est un homme déterminé, il ne va jamais abandonner cette idée ! Il a toujours été comme ça, que ce soit pendant la guerre ou dans sa vie courante, c’est une des choses dans sa personnalité qui n’a jamais changé. Il se contenta de regarder le jeune homme qui fixait encore le renard… Il avait l’air têtu lui aussi, autant qu’il pose sa question dès maintenant au lieu de le fixer pendant deux heures non ?

Et c’est ce qu’il fit en lui demandant, limite en lui donnant un ordre, de lui en dire plus au sujet du renard noir… Genko fit de gros yeux à cette question qui laissait une trace de « Je ne te demande pas ton avis, répond moi c’est tout ». Genko grogna de plus belle à cette question et fit un signe négatif a Sanzo pour l’empêcher de dire quoi que ce soit, il ne voulait même pas parler apparemment, Sanzo aussi fut un peu… blasé de cette question un peu brute. Il se contenta de prendre Genko et le déposé sur son épaule avant de détourner son regard vers le jeune homme et lui dire d’un ton froid, le ton de militaire qu’il avait avant :


- Et à quoi cela t’avancerai ? Je m’en fou littéralement de sa couleur… Si tu le trouve étrange, il n’y a que toi que ça concerne, c’est un renard tout à fait normal.

Bien sûr qu’il mentait à ce niveau-là, mais sincèrement, il n’avait aucune envie de répondre à un mec qui ne lui met même pas un « S’il te plait » sur une demande comme celle-ci. Les yeux de Sanzo faisaient un léger contraste entre le rouge et le bleu, mais il ne le remarquait pas… Il regardait le jeune homme qui semblait toujours aussi intéressé par cette bête avant de lui dire :

- La prochaine fois que tu demandes un renseignement, demande le plus gentiment, tu obtiendras certainement une réponse plus… gentille ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Len Kurusu

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 22
Localisation : T'es flic ou quoi ?!?

It's a secret!
Âge: 16 ans
Pouvoir: //

MessageSujet: Re: Bonjour Tristesse ! [Sanzo]   Sam 22 Oct - 14:24

Silence. Cet homme semblait encore plus silencieux que les gamins qui étaient avec lui en captivité. Len avait sortit sa phrase sans réfléchir. Ce n’était pas parce qu’il était plus petit que ce mastodonte qu’il devait plier sous ses ordres. C’est alors qu’il comprit quelque chose. Il aurait dû cerner cela tout de suite. Comment avait-il pu être aussi aveugle ? Cet homme là était habitué à se faire respecter. Accroupi à la hauteur du renard, il détourna les yeux pour observer la position du blond. Une position parfaite. Sans faille. Ou presque. Une position parée pour la défense. Cet adolescent avait été formé par des forces autoritaires qui dépassaient la culture du gamin. Avant même de voir sa posture, il aurait dû comprendre. Les pas saccadés de cet homme martelaient un rythme. Un peu comme la marche que faisaient les militaires, marchant à l’unisson dans une parfaite coordination. Cet individu marchait lui aussi au pas.

- Et à quoi cela t’avancerai ? Je m’en fou littéralement de sa couleur… Si tu le trouves étrange, il n’y a que toi que ça concerne, c’est un renard tout à fait normal.

Oui et le cul de l’elfe était du poulet, aussi ? Il fallait arrêter de se mentir. Pourquoi tous les hommes pourrissaient-ils la Terre par leurs bobards ? Pourquoi vivaient-ils ainsi dans le mensonge ? Le petit se rappela une phrase de son père, lui disant que le Diable n’était que mensonge. Ce renard n’était pas des plus communs, le môme en aurait mis sa main au feu. Il émanait de lui une force presque… surnaturelle. Loin d’être cartésien, il envisageait toutes les hypothèses, mêmes les pires. Surtout les pires.
Pourquoi diable les pensées de cet animal lui étaient inaccessibles ? Encore une question sans réponse. Si il commençait à s’interroger sur toutes les choses inexpliquées à Magic Youth, il risquait d’y passer sa soirée. Son odeur aussi était différente. Bien sûr, elle n’était pas marquée de celle des forêts, cette divine effluve qui avait accompagnée toute l’enfance de Len. Son enfance que l’on avait brutalement stoppé lorsqu’il avait huit ans. Toutefois, il était encore capable de reconnaître l’odeur de chaque essence naturelle, de chaque bois ou même de chaque fleur. L’odeur des bêtes ne faisaient pas exception à la règle. L’arôme qui émanait de cet hybride lui échappait complètement. Inutile de vous dire qu’il était on ne peut plus frustré. Il avait l’impression de faillir à ses origines. De faire honte à son père et sa mère en échouant. Un peu comme un défi personnel qu’il s’imposait.

- Libre à toi de ne pas partager ton secret. Je ne te forcerai pas.

L’autre rangea son flingue. Comment pouvait-on se balader avec une arme à feu en main ? Il fallait être sacrément cinglé. Ou bien peut-être protégeait-il quelque chose qu’il chérissait. Ce renard, par exemple. Peut-être était-il tout simplement égoïste et ne possédait-il cette arme que pour sa propre vie. Quel idiot alors il serait.
Le blondinet l’apostropha, le sommant de poser ses questions plus gentiment la prochaine fois. Ne venait-il pas de faire cela ? Et puis zut. Il était simplement curieux, rien d’autre. Etait-ce un crime ?
Une hypothèse vint se frayer dans son crâne. La couleur noire était un mauvais présage. Le rouge de ses yeux évoquaient les flammes brûlantes et chaudes de l’Enfer. Un œil se matérialisa alors dans son esprit. N’était-ce pas là la représentation du maître des Enfers ? En tant que chrétien, on ne lui avait pas simplement inculqué la sagesse du Tout-Puissant. On lui avait aussi apprit à craindre le Fléau. Tant de noms existaient pour qualifier Lucifer, le maître des mouches. Le petit frissonna. C’était impossible. Cela dépassait tout ce qui était imaginable. Certes, il ne possédait pas un esprit très cartésien, mais de là à imaginer le pire, il y avait une frontière même mince !

- Je ne pensais pas avoir un jour l’occasion de rencontrer une créature du Malin ici.

Il n’y avait plus aucun doute maintenant. Cette bête n’avait rien d’un animal commun. D’un renard il n’en avait que l’apparence. La bête que dissimulait cette identité devait être des plus effrayantes. Un monstre digne de ses cauchemars. Pourtant le puzzle se mettait en place petit à petit, pas à pas. Avoir cette idée pourrait être absurde. Pourtant l’illusion que ce monstre au pelage noir n’était rien d’autre qu’un missionnaire du Diable grandissait peu à peu dans son esprit, jusqu’à se frayer une place digne de son nom. Jusqu’à le faire frissonner de tout son être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Watanabe

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 22
Localisation : Tu as besoin de le savoir ?

It's a secret!
Âge: 17
Pouvoir: Lucy

MessageSujet: Re: Bonjour Tristesse ! [Sanzo]   Lun 24 Oct - 11:06

Le soldat regardait le jeune homme accroupi d’un air perplexe, le renard regardait le brun d’un air de rage. Le regard du militaire ne faiblissait pas, on lui avait appris toute sa vie à regarder quelqu’un dans les yeux à un tel point que son regard pourrait détourner un chien dans sa folie. Ce jeune homme semblait si bien s’entendre avec la nature, c’était troublant pour Sanzo qui n’avait connu que l’urbanisation, bien qu’il ait dû faire des missions militaires en forêt… Notre militaire avait visité beaucoup d’endroit, d’un simple village à la banquise, rien n’avait échappé à cette guerre atroce d’ailleurs. Sur Youth, la nature semblait si belle, la guerre inexistante, mais il manquait quelque chose, Sanzo le sentait. Tout était troublé dans la tête de Sanzo en ce moment, il ne savait plus vraiment qui il était.

Genko lui semblait perplexe à ce jeune homme qui semblait trop curieux. Il semblait assez embêter par Genko et lui avait dit que s’il ne voulait pas partager le secret de Genko, il ne l’y forcera pas. Sanzo soupira à cette phrase, comment il aurait pu le forcer de toute manière ? Il ne pensait pas ça parce que le jeune brun faisait une tête de moins que lui, mais surement dû au fait qu’il avait subi les choses les plus atroces dans sa vie, on ne pouvait certainement plus le forcer à faire grand-chose. Il se contenta d’hocher la tête à la réponse du jeune homme avant de baisser la lampe qu’il avait dans la main pour détourner son regard vers le ciel et ce temple qui semblait si beau avant de s’avancer vers celui-ci pour le contempler un peu plus en détail. Le militaire se retourna pour regarder le jeune homme avant qu’il ne dise les mots qu’il ne fallait pas. Genko poussa un long cri sur le jeune homme quand il articula les mots « Je ne pensais pas avoir un jour l’occasion de rencontrer une créature du Malin ici. », apparemment s’il y avait bien une chose que Genko détestait, c’était les généralisations. Les yeux du renard devenaient d’un rouge sang et brillait dans cette nuit obscure avant que Sanzo ne s’accroupi au niveau du renard pour poser sa main sur la tête du renard en articulant lentement « Ne t’énerve pas pour ça, il existe beaucoup de gens qui généralise » puis son regard ce détourna vers le brun pour lui dire d’un ton froid :


- Tu sais… Dans ma vie, on m’a toujours appris que lorsqu’on n’a pas d’informations sur l’ennemi on devient le « chassé »... Mais je pense que quand l’information est fausse on devient le « mort ».

Sur ses mots, Sanzo eu une sorte de flashback… La légende entourant le slayer Sanzo Watanabe était fausse, il avait déjà perdu des hommes à la guerre… C’était certainement la mission qui l’avait le plus marqué, car il se sentait certainement responsable de la mort de ces hommes. « Lieutenant vous êtes sur ? Vous risquez d’être embusqué si vous couvrez la position ! », il se trouvait tellement stupide d’avoir fait surveiller le PC général a ses hommes. A peine sortit pour protégé la position à 20m de cette maison, tous les ennemis c’était replié et dans un élan de panique, l’homme à côté de Sanzo cria « MISSILE AIR-SOL EN APPROCHE ! » et la plus rien… Quelques secondes plus tard on pouvait entendre des gens parler dans une langue étrangère… Le russe peut-être, il était sept et cherchaient des survivants, à côté du Slayer qui avait les cheveux noirs à l'époque, un homme dont la jambe n’avait pas tenu le choc, elle était complètement arraché, mais il souriait en se laissant vider de son sang, « Please ! Save as many people that you can ! » était la phrase qu’il lui dit en lui passant un magnum .55 et sept balle dans le chargeur… Des larmes sur un militaire ? Peut-être, mais ce n'était pas des larmes de tristesse, des larmes pleine de rage envers cette guerre ! Le militaire rampait difficilement pour aller attraper la main du soldat démembrer pour lui chuchoter « Never forget who we are... We are the Omega ! » et dans un long mouvement silencieux, il se retourna vers les sept soldats qui étaient dos à eux avant de dire « And this is war, for protect our friends ! ». Sept coup de feu ont retenti après cette phrase, puis un grand silence... Sept ennemis était mort dans la minute avant que le militaire ne tombe dans le coma à cause de ses blessures. Sanzo se réveilla dans un hôpital, les os cassé, le corps légèrement brulé, des plaies… La moitié de son escouade était morte, l’autre était gravement blessé. Les ennemis c’était replié pour lancé leur missile pour détruire toutes les informations présente et tuer les soldats qui étaient venu les prendre.

Il trébucha à ce flashback, il repensait à ce moment où le missile était tombé, les mots que ce soldat lui avait dit avant de mourir, il devait avoir dans la trentaine et depuis ce jour était devenu un héros de guerre, car oui… Les héros de guerre sont ceux qui meurent, il n’existe aucun héros vivant. Même Sanzo est déclaré mort dans son monde. Un soupire parcouru les lèvres du blond platine aux yeux d’azur avant qu’il n’ajoute :


- De toute façon, je suppose que tu ne connais pas ça... Youth est un bel endroit tu ne trouve pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Len Kurusu

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 22
Localisation : T'es flic ou quoi ?!?

It's a secret!
Âge: 16 ans
Pouvoir: //

MessageSujet: Re: Bonjour Tristesse ! [Sanzo]   Mar 25 Oct - 8:32

Cette bête, quelle qu’elle soit, n’avait pas l’air d’apprécier énormément Len. Si ses yeux étaient des flingues tirant des balles mortelles, sûr que la déflagration du coup lui aurait déjà vrillée les tympans. Ce renard n’avait rien de banal. Rien du tout. Il frissonna en repensant à l’hypothèse absurde qui ne cessait de se balader sous son crâne. Pourtant, énormément de sectes existaient. Inutile de vous préciser que la plupart vénéraient le Diable. La plupart ? Toutes, oui. Il n’était donc pas tout à fait stupide de penser que ce drôle de renard – qui n’en était pas un véritablement – était un monstre que le Diable en personne avait envoyé sur Youth, ou du moins sur la Terre. Maintenant, savoir pourquoi le grand blond avait cette chose comme animal de compagnie, ça c’était une autre histoire. L’elfe était sûr qu’il ne lui répondrait pas, glacial comme il était. Tant pis.

Le blondinet soupira. Bon, il n’était pas vraiment blond, ses cheveux se rapprochaient davantage de la couleur de la neige plutôt que de celle de l’or mais ce n’était pas grave ? Lorsque le garçon formula son hypothèse à voix haute, la bête noire se mit à lui hurler dessus. Surprit, Len tomba à la renverse. Il n’avait pas fait une grande chute étant donné que depuis tout à l’heure il contemplait l’animal droit dans les yeux, pile à sa hauteur, accroupit sur le sol. La main du pseudo-militaire vint se poser sur le crâne de son animal. Le renard ne dit rien. Avait-il dit une connerie ? Dans ce cas, oui et une belle ! La bête se laissa faire. Il faut croire que ce quadrupède au pelage sombre n’était pas seulement un simple animal de compagnie mais aussi un ami quelque peu fidèle. Une profonde amitié avait l’air d’unir ces deux-là.
Lui qui pensait que le grand ignorait tout de la nature exacte de son renard, il s’était trompé. Ils étaient complices comme c’est inimaginable. Jamais Len n’avait vu un lien aussi fort, presque fusionnel entre un simple animal et un homme. Presque fusionnel ? Fusionnel tout court, oui ! Ce renard aux yeux de sang n’était pas comme les autres. Sans doute ceci expliquait cela.

- Tu sais… Dans ma vie, on m’a toujours appris que lorsqu’on n’a pas d’informations sur l’ennemi on devient le « chassé »... Mais je pense que quand l’information est fausse on devient le « mort ».

Du jargon militaire. Tout s’expliquait maintenant. La démarche en rythme, l’air hautain et autoritaire. Ce type était habitué à donner des ordres et à en recevoir, rien d’autre. Finalement, l’elfe avait bon sur toute la ligne. Sa première impression fut finalement la bonne. Le jeune brun ne connaissait rien aux langages codés que ces hommes forts s’échangeaient entre eux. Leur langue, enfin leurs codes, étaient un mystère de plus pour le jeune homme. Il ne s’était jamais vraiment intéressé au monde mystérieux et unique de l’armée. Automatiquement, son esprit assimilait ce mot avec d’autres, emplis d’horreur. Barbarie, massacre, carnage… La liste était longue, les énumérer tous ne servirait à rien.
Concernant ce qu’il venait de dire, l’elfe médita quelques secondes ses paroles. Il avait faux. L’elfe ne considérait ni le grand blond, ni le renard étrange comme un ennemi. Juste comme deux êtres qu’il n’arrivait à comprendre. Il y avait une nuance. Et de taille. Après, si l’ancien militaire remettait ses propos en question : soit. Il n’avait pas la science infuse et n’avait aucune preuve de ce qu’il avançait. Mais franchement, cet homme avait dû passer une certaine partie de sa vie – une grande même – pour parler toujours ainsi, même devant de simples civils. Il ne comprendrait jamais rien aux êtres humains. Eux et lui étaient bien trop différents.

- De toute façon, je suppose que tu ne connais pas ça... Youth est un bel endroit tu ne trouve pas ?
- Au moins n’y a t-il pas la guerre, ici. Cela doit te changer de chez toi, non ?

Impossible de savoir si il y avait oui ou non la guerre dans son ancien monde. Toutefois, si il avait bel et bien été formé par des militaires, des sergents, des officiers… Cela devait être le cas, non ? Sinon à quoi bon former un jeune homme, lui apprendre les rudiments de la guerre, pour rien ? Le garçon se releva et épousseta ses vêtements. Il en avait assez vu et assez entendu pour aujourd’hui. Allez savoir pourquoi, tout en se mettant sur ses deux jambes, il repensa à quelques témoignages qu’il avait entendu dans sa vie. Enfin, il avait surtout eu le privilège de les lire.
Les expériences de mort imminente. Toutefois, le gamin préférait employer le terme anglais : NDE pour Near Death Experience. D’ordinaire, ce phénomène est positif. Un aperçu de la mort. L’amour, la lumière…. Tout cela est présent. Cependant il existe quelques témoignages confirmant que ces NDE avaient été négatives. Beaucoup voyaient là l’œuvre du diable. Les suppôts de Satan n’avaient de cesse de retourner ciel et terre pour trouver l’un de ces miraculés. Une NDE négative est effrayante, voire même angoissante et par conséquent elle n'est agréable ni pour celui qui l'a vécue et la relate, ni pour celui qui l'étudie, ni pour celui qui en prend connaissance. Ces expériences sont souvent teintées de connotations religieuses telle que la vision de l'enfer illustrée par la rencontre avec une foule de gens croupissant dans un endroit laid, sale et sombre, plongé dans une chaleur insupportable. Ces personnes tendent leur bras dans une supplication vaine pour obtenir un verre d'eau illusoire, condamnées à souffrir mille morts jusqu'à la fin de l'éternité. Le garçon frissonna. Quelle idée de se rappeler de cela, en la présence d’une bête dont il ignorait tout ! De toute façon il était tard, mieux valait qu’il rentre.

- Bon, à une prochaine. On sera sans doute amenés à se croiser à nouveau étant donné que tu résides toi-aussi au pensionnat, n’est-ce pas ?

Sur ce, il s’avança en direction des escaliers. En sortant, il vit la moto garée dans le bas-côté de la chaussée. Cet homme ne cesserait donc jamais de l’étonner ? L’air frais lui fit le plus grand bien. Il était bien couvert et ne craignait pas le froid. Il n’était pas pressé et avait du temps devant lui. Il pouvait toujours aller à la bibliothèque lire quelques bouquins. Oui, c’était une bonne idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Watanabe

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 22
Localisation : Tu as besoin de le savoir ?

It's a secret!
Âge: 17
Pouvoir: Lucy

MessageSujet: Re: Bonjour Tristesse ! [Sanzo]   Jeu 27 Oct - 8:31

Le militaire restait à genoux avant de se relever de ce souvenir éprouvant la guerre, la destruction, la tristesse de ces évènements qui ont baigné la vie du jeune Sanzo alors qu’il n’était qu’un ado. Toujours habitué à vivre dans ce monde barbare, violent où le carnage était omniprésent. Un monde baigné par le diable… Non par les humains, leurs avarices, leurs gourmandise, leurs envie de pouvoirs. Sanzo n’a été qu’un pion dans ce conflit, si on pouvait le comparer à une pièce d’échec, ce serait un simple pion qu’on envoie au casse-pipe pour détourner l’adversaire.

Il s’en était vite rendu compte, mais plutôt que de laisser tomber, il a continué à faire la guerre. Il se releva et était toujours dans ses pensées… L’horreur de la guerre etc. Le jeune devant lui n’avait pas connu la guerre et semblait assez curieux, assez intrigué par Genko… Le renard avait l’air de le détester, il insultait le renard sans s’excuser par la suite, ni rien d’autre.

Le nouveau-démon souriait quelques instants… Le jeune brun ne semblait pas comprendre la phrase de Sanzo et ça le fit un peu rire… Il détourna les yeux quelques secondes avant de prendre Genko sur son épaule, le renard n’avait pas parlé de toute la soirée, c’était bizarre… Il ne connaissait rien du brun devant lui et ne souhaitait pas vraiment en savoir plus.

Il fit craquer son cou et ses doigts avant de soupirer de soulagement, ça faisait tant de bien de craquer quelques articulations, il se sentait libre. Il regardait à nouveau le garçon qui lui rétorqua « Au moins n’y a t-il pas la guerre, ici. Cela doit te changer de chez toi, non ? » . Le militaire réfléchissait à cette question quelques secondes avant de soupirer et dire au jeune garçon d’une voix un peu perplexe :


- Je suis heureux d’avoir vécu dans la guerre d’un côté… Cela m’a permis d’avoir ma propre personnalité et d’avoir des liens avec mes « camarades ». Quand tu vis un malheur avec une personne, tu finis par avoir des liens avec cette personne je suppose.

Il regardait quelques instants le jeune homme avant de rester quelques instants perplexe, ce brun restait souvent la, il avait souvent l’air de réfléchir… Il semblait un peu ennuyant par moment, mais bon… Il semblait interessant. Le militaire ne voulait pas lui demander s’il était humain ou non, ça ne l’intéressait pas en fait. Le brun allait partir et Sanzo aussi d’ailleurs…

Il répondit d 'un simple hochement de tête positif avant de le suivre en descendant les escaliers. Le militaire eu un sourire aux lèvres quant à la réaction du brun sur sa moto… Il fit un large sourire, le garçon était déjà parti et le militaire enfourcha simplement la moto avec Genko. Il démarra le moteur qui fit son bruit un peu bizarre comme à son habitude et accéléra d'un coup pour rentrer au pensionnat.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bonjour Tristesse ! [Sanzo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bonjour Tristesse ! [Sanzo]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Adieu Haiti, Bonjour Dominicanie
» bonjour [pv Petit Matin]
» Bonjour de Thibaut
» bonjour de la lituanie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic-Youth  ::  :: Domaine de la Pension :: Temple oublié-
Sauter vers: